Notre-Dame. Les communes de l’Essonne s’organisent pour participer à l’effort national

20 avril 2019

Alors que les promesses de dont approche de la barre du milliard d'euros, les communes de l'Essonne s'organisent pour participer à l'effort national. Tour d'horizon.

Les dons pour Notre-Dame approche du milliard d'euros
Les dons pour Notre-Dame approche du milliard d’euros (©F. Desserre – 78actu)

Près d’une semaine après le terrible incendie qui a dévoré la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris le 15 avril, les promesses de dons se succèdent pour la reconstruction de l’édifice et atteignent aujourd’hui des montants astronomiques. On s’approche ainsi doucement, mais surement, du milliard d’euros. 

Lire aussi : Incendie à Notre-Dame de Paris : « les deux tours sont sauvées »

Outre les dons promis par de grands groupes tels LVMH, Total ou JCDecaux, plusieurs milliers de personnes ont également intégré la boucle en donnant directement à la Fondation du patrimoine. A ce jour, l’organisme a récolté plus de 14 millions d’euros. 

Des dons « symboliques »

En Essonne, les collectivités s’organisent aussi. Plusieurs d’entre elles ont ainsi choisi de verser au pot commun. C’est notamment le cas de la ville de Savigny-sur-Orge. « Ça me semble important de participer à cet effort, souligne Eric Mehlhorn,le premier édile de la ville. Pour l’ouragan Irma en 2017, nous avions débloqué une somme de 5 000 €. Je pense que nous serons sur une aide symbolique de cette ampleur ». La délibération qui devait être actée ce jeudi 18 avril sera finalement mise à l’ordre du jour lors d’un conseil municipal en mai prochain. 

Un don symbolique, c’est aussi la décision qui devrait être prise du côté de Boussy-Saint-Antoine. La commune pourrait voter une subvention d’environ 1 500 € comme le précise son maire, Romain Colas. « C’est sûr, c’est un montant symbolique, mais pour ce chantier, toutes les contributions comptent », confesse-t-il. 

Même son de cloche à Viry-Châtillon. « Après les faits, plusieurs élus ont été attristés par cet incendie. Je vais proposer aux élus qui perçoivent une indemnité d’en verser une partie pour la restauration du bâtiment », indique Jean-Marie Vilain.

Ne pas « céder à l’émotion »

Marqués par les flammes courant sur les toits de Notre-Dame, certains maires ont pourtant décidé d’attendre avant de proposer une aide financière. C’est le cas de David Ros. Le maire d’Orsay ne souhaite « pas céder sous le coup de l’émotion ». « Pour le moment, on ne connaît pas encore les modalités techniques qui vont s’appliquer à ce chantier. Il est préférable de les connaître avant de participer à l’effort national », avance-t-il, avant de rappeler qu’il y a « un patrimoine communal a entretenir également. Il ne faut pas l’oublier ».

Ces mots, ce sont également ceux choisis par le président du Département, François Durovray. Même si les départements d’Ile-de-France ont officialisé le versement prochain de 20 millions d’euros de dons, celui-ci reste prudent. « C’est un accord de principe et je suis solidaire, explique-t-il. Cependant, il faut connaître les tenants et les aboutissants. Nous devons savoir de quelle manière il est préférable d’agir avant de le formaliser. Et surtout, cela ne doit pas se faire au détriment du patrimoine essonnien », indique ce dernier en citant l’église de Saint-Sulpice-de-Favières. 

Lire aussi : Les Départements d’Île-de-France vont verser 20 millions d’euros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris

Ainsi, les dons devraient s’étaler sur plusieurs semaines, voire même plusieurs mois…

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article