Les patrouilleurs des autoroutes sont prêts pour le grand rush


02 août 2019

Avec le chassé-croisé de ce week-end, les équipes de Vinci Autoroutes sont mobilisées pour veiller à la sécurité des usagers qui empruntent l’autoroute A10 et A11.

La barrière de péage de Saint-Arnoult va être prise d'assaut
La barrière de péage de Saint-Arnoult va être prise d’assaut (©Actu Essonne)

Il est à peine dix heures et déjà le trafic est dense au passage de la grande barrière de péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines. Plus de 5 000 véhicules par heure roulent en direction de la province. Pendant l’année, chaque jour, deux millions d’automobilistes circulent sur l’ensemble du réseau autoroutier de Vinci.

Demain le jour du chassé-croisé entre les juilletistes et les aoûtiens, ils seront 4 millions. 10 000 véhicules par heure seront répertoriés en direction de la province et près de 5 000 seront de retour de vacances : « C’est une journée où notre vigilance est décuplée », précise Géraldine Poirault-Gauvin, la responsable de la communication,

Les équipes sont doublées afin de répondre à tout incident se produisant sur les 133 km du district de Saint-Arnoult-en-Yvelines.

Les mouvements scrutés sur les écrans

Dans le poste central d’exploitation de Ponthevrard, les agents scrutent les écrans de télévision où défilent le trafic sous leur responsabilité, du Ring des Ulis jusqu’à Thivard en Eure-et-Loir. « Nous sommes prêts à faire face à tout type d’intervention sur le réseau, ajoute Géraldine Poirault-Gauvin. Le PCE est en lien direct avec les patrouilleurs et leur camions d’intervention qui neutralisent les voies en cas d’accident ou ramassent les objets qui sont jetés par les usagers ».

Les mouvements sont scrutés sur les écrans
Les mouvements sont scrutés sur les écrans (©Actu Essonne)

Les agents répercutent en temps réel tous les accidents constatés afin que les pompiers, les gendarmes et les services de dépannage agrées arrivent le plus rapidement possible. « Sur les réseaux autoroutiers, il y a cinq fois moins d’accident que sur les routes classiques, mais c’est la somnolence qui est la cause de la plupart des accrochages, dans le meilleur des cas. C’est pour cela que pendant tout l’été sur nos aires d’autoroute nous proposons à nos usagers plusieurs animations afin qu’ils prennent le temps de se reposer. Parfois une micro sieste d’un petit quart d’heure peut sauver une vie ».

32 véhicules de services heurtés

Mais ceux qui encourent le plus de risques ce ne sont finalement pas les automobilistes, mais les patrouilleurs qui assurent la sécurité sur le réseau. Comme Brian Gonnot au volant de sa camionnette balisée ils doivent se protéger.

Brian Gonnot veille sur les routes
Brian Gonnot veille sur les routes (©Actu Essonne)

« Depuis le début de l’année 32 véhicules d’intervention ont été heurtés alors que les agents étaient sur les voies ou sur la bande d’arrêt d’urgence. Tous les jours nous prenons des risques et l’utilisation des smartphones au volant est une vraie plaie qui réduit considérablement la vigilance des automobilistes », s’alarme Brian.

« Je circule tous les jours sur le réseau et je dois bien constater que les usagers ne se privent pas de composer des SMS au volant. Plusieurs fois on a frôlé la catastrophe. Les patrouilleurs sont des agents polyvalents. Bien sûr ils sont en charge des balisages sur les voies, mais ils s’occupent aussi de la propreté des aires de repos non concédés ».

1 automobiliste sur 3 jette des déchets

« Nous passons beaucoup de temps à ramasser les déchets jetés par les automobilistes » s’agace Brian. Comme le rappelle une étude menée par la Fondation Vinci autoroutes, plus d’un français sur 3 jette des déchets par la fenêtre de sa voiture. Chaque jour les agents patrouilleurs ramassent 25 tonnes de déchets sauvages sur l’ensemble du réseau.

Un automobiliste sur 3 jette des déchets sur les voies
Un automobiliste sur 3 jette des déchets sur les voies (©Actu Essonne)

Ce geste anodin, mais totalement incivique met leur vie en danger. « La semaine dernière, les pompiers ont dû circonscrire deux incendies qui s’étaient déclarés sur des talus dont l’un s’est propagé dans un champs voisin », explique Brian. C’est dans ce cadre que la Fondation a lancé une campagne de communication centrée sur la sécurité des patrouilleurs qui s’intitule « en jetant vos déchets par la fenêtre, c’est lui que vous jetez sur la route. » 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article