L’Essonne honore ses deux champions à l’ambition débordante


25 octobre 2019

Ce lundi 21 octobre, une cérémonie était organisée pour honorer les deux champions du monde essonniens, Marie-Eve Gahié et Vincent Luis, en présence de nombreux jeunes licenciés.

Les deux athlètes ont reçu un chèque de 6 000 euros de la part du Département
Les deux athlètes ont reçu un chèque de 6 000 euros de la part du Département

Leurs exploits retentissants en ont marqué plus d’un. Les 29 et 31 août dernier, la judokate Marie-Eve Gahié et le triathlète Vincent Luis décrochaient le Graal en s’emparant de la couronne mondiale dans leur discipline respective. 

Lire aussi : Essonne. La judokate Marie-Eve Gahié remporte son premier titre mondial !

Lire aussi : Essonne. Vincent Luis décroche le titre mondial en triathlon

Quelques semaines après leur succès, les deux athlètes essonniens, ont été honoré par le Département au vu de leurs prouesses et dans la perspective des Jeux olympiques de Tokyo en 2020 et de Paris 2024, devant un parterre de jeunes licenciés.

« Mon équipe, c’est vous ! »

A l’arrivée des deux champions, les yeux de ces jeunes enfants, licenciés dans des clubs de judo et de triathlon, n’en finissaient plus de briller. « C’est normal d’être émerveillé, nous le sommes tous, car vous avez été au-delà de vos limites. Votre parcours est une vraie leçon de sport et de vie », a notamment formulé François Durovray, le président du conseil départemental de l’Essonne en leur décernant un chèque d’un montant de 6 000 €.

Marie-Eve Gahié et Vincent Luis ont été présenté aux jeunes licenciés
Marie-Eve Gahié et Vincent Luis ont été présenté aux jeunes licenciés

« On a besoin d’être soutenus. Mon équipe, c’est vous », a notamment lancé à la foule Marie-Eve Gahié. La judokate, championne du monde des -70 kg, passée par Brétigny, Sainte-Geneviève-des-Bois avant de poser ses valises au Flam 91 de Massy souhaite « tout faire pour briller à Tokyo en 2020 en attendant les JO de Paris ».

Tokyo dans le viseur

Pour sa part, Vincent Luis, licencié à Sainte-Geneviève, a tenu à encourager la jeune garde :

« N’oubliez pas, le talent, ce n’est pas un diplôme, mais il faut le travailler. Vous n’aurez rien sans rien », explique-t-il à la relève du sport essonnien. 

Le triathlète espère ainsi décrocher la médaille olympique, l’une des seules récompenses qu’il manque à son palmarès. « A Tokyo, je ferai forcément partie des favoris. Avec le relais par équipe, je disposerai de deux occasions pour rapporter une première médaille olympique à la France dans cette discipline« , avance-t-il.

Les athlètes se sont livrés à la traditionnelle séance de dédicaces
Les athlètes se sont livrés à la traditionnelle séance de dédicaces

Une fois les discours passés, les deux champions se sont pris au jeu des autographes. « C’est fantastique ce que tu as fait. J’espère qu’un jour, je serai aussi forte que toi », a ainsi lancé une jeune fille, licenciée dans un club de judo à Marie-Eve Gahié.

Après-tout, l’Essonne ne comptera jamais trop de champions dans ses rangs.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article