Ask’em : « Ce festival, c’est notre Stade de France »


09 juillet 2019

Le slameur du 91 Ask'Em ouvre le Festival Essonne en scène, piloté par les Francofolies. L'occasion pour cet artiste aux textes ultra-travaillés de se faire connaître encore plus.

Le chanteur essonnien Ask'Em dans ses oeuvres
Le chanteur essonnien Ask’Em dans ses oeuvres (©Olivier Perrin)

Il a fait ses débuts sur les scènes essonniennes, les « petites salles », comme il dit. Youssef, aka Ask’em, est déjà un artiste reconnu par le monde de la culture en Essonne

Lire aussi : Le premier festival Essonne en Scène vous attend à Chamarande

Ses textes ont largement leur place au rang des Youssoupha (dont il a fait la première partie au Plan en 2015), MC Solaar ou Grand Corps Malade. Et, surtout, il s’agit de son premier festival !

Toujours accompagné de ses musiciens (batterie, basse guitare, trompette, clavier) et de sa choriste Alice Tréla, le jeune homme ne cache pas son bonheur d’être sur « une si grande scène », quelques heures avant le début des festivités.

« Quand j’ai vu l’annonce du festival, je me suis dit qu’il fallait que je dépose ma candidature ! C’est ensuite Aurélie Gros (élue en charge de la culture au Département, ndlr) qui m’a annoncé par téléphone que j’avais été retenu. Je n’en revenais pas ! »

« Rajouter un peu de hip-hop »

Lors des 50 ans de l’Essonne, Ask’em s’était également produit pour fêter l’événement. « Une boucle est bouclée », s’amuse-t-il.

« Ce festival, c’est une concrétisation, car c’est un gros événement. Un peu notre Stade de France ! Nous comptons envoyer du lourd. Rajouter un peu de hip-hop à cette programmation rock et chanson française ».

Son premier album, Farewell, compte d’ailleurs un peu des trois. « Je suis ravi qu’un nouveau public nous découvre, et surtout d’avoir été sélectionné par un jury de professionnels, comme le directeur artistique des Francofolies. »

De bonnes nouvelles pour la scène essonnienne, qui sera aussi représentée lors d’Essonne en scène par Wakan Tanka

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article