Il y a maintenant un peu plus de trois ans (automne 2015), nous avons fait le pari de donner une ambition de développement à cette expérience unique de média dans le 91, en vous sollicitant à travers un financement participatif (crowdfunding). L’objectif était alors de convaincre une grande partie de nos lecteurs, vous, de nous suivre dans l’aventure, en nous permettant d’approfondir un modèle naissant grâce à l’implication concrète des lecteurs, à la vie de leur journal. Depuis nos origines en 2010, et dans un premier temps, de manière un peu amateure, nous avons cherché à travers ce titre à diffuser des informations diverses, utiles, susceptibles d’intéresser la diversité des habitants qui composent notre département et ses différentes zones de vie.

La fameuse pelouse de la piscine de Brétigny, où le Rack'am propose l'une des meilleures fêtes de la musique dans le département

La fameuse pelouse de la piscine de Brétigny, où l’équipe du Rack’am propose chaque année l’une des meilleures fêtes de la musique dans le département (JM/EI)

Avec de premiers contrats (aidés), nous avons pu franchir un pas en 2014, en obtenant une reconnaissance « Information politique et générale » de notre titre Essonne Info, auprès de la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP). Notre travail visant à vous offrir une information plurielle, sérieuse, détaillée et ouverte sur nos territoires a donc vécu son « épreuve de vérité » au moment de cet appel à financement : serions-nous capables de vous convaincre de nous suivre dans cette ambition de rendre pérenne ce média? Après des dizaines d’échanges, de remontées de vos impressions et demandes, des temps de rencontre avec la rédaction, vous étiez alors plus de 600 à porter avec nous ce challenge. Cela nous a permis de mettre en œuvre la nouvelle version d’Essonne Info, comprenant une partie sur abonnement. Plus qu’un simple paiement, ce système d’abonnement nous semblait ainsi le plus juste et concret pour celles et ceux souhaitant manifester leur soutien dans cette démarche.

Comment faire fonctionner un média local indépendant?

Nous avons ensuite fait le pari de miser sur l’intelligence collective de centaines (pourquoi pas de milliers) de forces vives, acteurs, citoyens, habitants ou usagers conscients du département. Vous avez été nombreux à jouer le jeu et à vous abonner, et bien souvent, même si nous n’étions pas du même bord. Mais nous savons que vous aviez compris l’utilité d’une information libre sur notre territoire, que nous aimons tous. Ces dizaines de commentaires, retours, mails indignés mais constructifs, suggestions, messages bienveillants que vous nous avez fait parvenir au fil des années, et jusqu’à ces dernières heures, ont grandement participé à garder cette motivation à bien faire, intacte.

Derrière la communication des institutions, les enjeux de nos territoires sont complexes, ici la pose d'une première pierre sur le Plateau de Saclay

Derrière la communication des institutions, les enjeux de nos territoires sont complexes, ici la pose d’une première pierre sur le Plateau de Saclay (JM/EI)

Car en retour, nous n’avons eu de cesse de vous proposer des articles et dossiers fouillés, en suivant dans la durée plusieurs thématiques et sujets d’importance. Des enjeux politiques départementaux ou très locaux, en passant par le décryptage des ‘grands projets’ de nos territoires, notre ligne directrice a été de perpétuellement se demander, en quoi l’information que nous délivrions était utile, pour les habitants des différents secteurs de l’Essonne. Ce fut le cas lorsque nous avons interrogé et poussé dans leurs retranchements nos décideurs sur des projets (transports, santé, écologie, administrations..) ayant des conséquences majeures pour la vie d’Essonniens, couvert les différentes élections sans concession, ou raconté la vie de nos quartiers telle qu’elle est et non sous le prisme de ces préjugés trop largement distillés. A notre place, nous avons aussi voulu montrer. Donner à voir ces initiatives et curiosités qui façonnent ce 91, lever le voile des difficultés sociales des personnes les plus marginalisées, comme faire témoigner les jeunes de nos villes et villages de leurs préoccupations et leur vision de la société. Cette société que nous construisons en leur nom.

Mais ce travail, car c’est en un, est long, fastidieux, voire éprouvant lorsqu’il n’est pas pris à la légère, et c’est notre cas. D’où la nécessaire consolidation de notre structure, afin d’être en capacité d’assumer la responsabilité d’éditer un média d’information générale, sur ce département. En publiant nos comptes depuis deux ans (disponibles sur ce lien), nous avons comme promis, joué la carte de la transparence, dans notre fonctionnement et le budget que cela représente. Nous n’avons ainsi pas pu redresser la barre en 2018, et convaincre suffisamment de nos lecteurs de s’abonner. Ajoutés à cela des problèmes récurrents sur nos modules d’abonnement, ainsi que quelques « difficultés » avec notre organisme bancaire, et nous n’avons pas atteint le seuil nécessaire de recettes pour faire vivre à minima une équipe dédiée à faire tourner Essonne Info au quotidien.

L'Essonne sous la neige, c'est aussi de somptueux panoramas qui se révèlent, ici du côté Athis-Mons

L’Essonne sous la neige, c’est aussi de somptueux panoramas qui se révèlent, ici du côté Athis-Mons (JM/EI)

Des erreurs et quelques manques de jugeote de notre part, ainsi qu’un contenu qui n’a visiblement pas assez percuté les habitudes d’utilisation et de diffusion de l’information locale, sont à mettre à notre crédit dans ce relatif « échec » à rendre durable ce média local et indépendant. Mais selon nous, les tords sont partagés. Oui, il y a un peu d’amertume dans nos propos. Car nous avons tenté de faire passer le message que l’information libre a un coût. Et que l’on ne peut durablement vivre « d’amour et d’eau fraiche » pour réaliser un travail exigeant et approfondi, en matière de traitement de l’actualité en Essonne, dans toute sa diversité et complexité.

À LIRE ÉGALEMENTEt après? Quelques leçons de cette expérience

9 ans de publications grâce à vous

A l’heure du flux, de l’info instantanée ou plutôt mort-née, et la dictature des « communicants », vous êtes plusieurs centaines (au maximum 400) à nous avoir suivi sur la version abonnée d’Essonne Info, ainsi que quelques dizaines de structures, entreprises ou institutions qui se sont engagées dans notre démarche. Sans compter de véritables partenaires, ainsi que des soutiens de tout ordre et donateurs plus ponctuels qui ont cru en ce projet depuis le début, ou presque. Qu’ils soient chacune et chacun, pour leur modeste ou très grande contribution, très chaleureusement remerciés. Malgré ce véritable socle de personnes soucieuses de l’existence d’Essonne Info et de la diffusion de nos contenus, cela n’a malheureusement pas suffi.

Incendie de poubelle en marge d'une mobilisation du secteur de l’énergie, à Courcouronnes

Incendie de poubelle en marge d’une mobilisation du secteur de l’énergie, à Courcouronnes (JM/EI)

Les habitudes de « consommation » des médias ont aussi évolué, et se renouvellent sans cesse. Nous avons certainement raté le coche des « applis » et autres fonctionnalités et nouveaux formats, afin d’être à la pointe des dernières pratiques de l’information. La place pour les lecteurs est aussi centrale, et notre rubrique L’oeil des lecteurs aurait du se compléter d’une plateforme de blogs plus vaste, laissant toutes leurs places aux nombreuses contributions et débats locaux. Il faut dire que nous sommes surtout pris dans un tourbillon d’informations, avec l’avènement des différents « réseaux » sociaux, et leur place désormais essentielle dans la diffusion de l’information dans le grand public. Les derniers évènements nous l’ont bien confirmé, il est sur ces médias sociaux de bon ton, de chercher et diffuser des « informations » qui ne vont pas bousculer nos habitudes et raisonnements, mais au contraire, bien « confirmer nos certitudes ». Une information exigeante est au contraire celle qui fait réfléchir et pose question, se place en de nombreuses circonstances en « l’avocat du diable », et réinterroge sans cesse ses propres « pré-notions ».

Nous n’entrerons pas non plus dans la complainte, en nous présentant comme « victimes » de la période, et de la défiance jamais connue envers les médias et le travail des journalistes dans le pays. Nous savons les ressorts de cet éloignement social, économique, culturel et symbolique, du monde des médias et de la presse en général, particulièrement ici, dans nos villes de banlieue comme nos zones péri-urbaines. Ce constat, nous l’avions en tête dès la genèse d’Essonne Info en 2010.

À LIRE ÉGALEMENTUn journalisme durable est possible!

Et maintenant?

La fin des publications d’Essonne Info ne signifie pas la mort de notre association éditrice. D’autres projets sont dans nos cartons, en parallèle de cette « déprofessionnalisation » de notre structure. Nous menons tout d’abord plusieurs ateliers et programmes dans le domaine de l’éducation aux médias, avec différents partenaires, et nous planchons également sur un programme d’accompagnement (incubation) de porteurs de nouvelles formes d’information en Essonne, car nous pensons que le besoin existe sur ce territoire très créatif. Par ailleurs, des publications mensuelles ou moins régulières pourraient revoir le jour, sous l’engagement de plusieurs rédacteurs bénévoles. Tout cela, nous en reparlerons sur le site d’Essonne Info, car celui-ci reste ouvert, et tous nos contenus accessibles, pour l’année 2019 au moins. Les abonnements qui se terminent donc sur Essonne Info, laissent la place à une autre forme d’engagement et de soutien au projet, si vous le souhaitez. Nous disposons en effet du droit de recevoir des dons déductibles, à travers la plateforme Okpal. Cet outil permettra peut-être, dans la mesure de votre appui, de poursuivre et développer plusieurs actions liées à nos activités, sur 2019 et au delà. Nous vous tiendrons bien sûr informés de ces avancées sur notre site.

Essonne Info fut enfin concernant tous ses membres, actuels et passés, une formidable expérience professionnelle, et plus largement de vie, pour les jeunes adultes que nous sommes pour la plupart. Cela aussi, nous vous le devons, vous qui avez cru en nous. D’autres viendront après, nous n’en doutons pas.

A lire aussi : 

Abonnés individuels et collectifs, un message ainsi que des informations pratiques vous sont transmises par mail. N’hésitez pas à nous contacter au besoin, sur nos adresses dédiées.

L'un des bassins du sublime domaine de Courances, à proximité de Milly-la-Forêt

L’un des bassins du sublime domaine de Courances, à proximité de Milly-la-Forêt (JM/EI)