Une semaine après l’incendie, et alors que les dernières braises ont mis plusieurs jours à être éteintes, les pompiers restent en alerte, et une partie de la zone est toujours interdite d’accès. Les services de l’ONF (Office national des forêts), en charge de la gestion de la forêt de Sénart et ses 3200 hectares, ont délimité des périmètres interdits au public. Les autorités restent par ailleurs vigilantes, « tant que la pluie ne tombe pas » sur les risques de reprise d’incendie et maintiennent leur surveillance des parties boisées des communes de Montgeron, Brunoy, mais aussi Vigneux et Yerres.